1924-2024 : Théières, Cendriers, Marianne Brandt

Bauhaus-Archiv
Archives Bauhaus Bonn

BAUHAUS ARCHIV/ atelier métal

  • Sphère, cercle et croix : c’est l’une des œuvres les plus connues réalisées au Bauhaus.Marianne Brandt a déjà créé cet infuseur à thé à la fin de sa première année d’études à l’Atelier des Métaux. En termes programmatiques, il est construit à partir de formes élémentaires typiques de la période de Weimar : le corps du récipient est constitué d’un hémisphère et l’anse est un segment de cercle. Au lieu de la base annelée traditionnelle, il repose sur une croix, ce qui souligne les axes principaux du pot et lui confère également une certaine qualité d’apesanteur.Le pot, haut de seulement 7,5 cm, ressemble ainsi à une mise en œuvre sculpturale des compositions de László Moholy-Nagy, qui dirigea l’atelier des métaux du Bauhaus de 1923 à 1928. Son objectif était de rendre les anciens « orfèvres, argentiers et chaudronniers » ‘Atelier’ plus industriel et ouvert aux matériaux comme le nickel et le verre, qui n’appartenaient traditionnellement pas au domaine. Cela a permis, par exemple, la création de la légendaire lampe Bauhaus de Carl Jakob Jucker et Wilhelm Wagenfeld. Mais comme plusieurs autres produits de la période de Weimar, il restera un article artisanal coûteux. À Dessau, l’Atelier des Métaux devient alors un véritable laboratoire de conception de nouveaux luminaires. Après que plusieurs fabricants de lampes aient mis les modèles en production en série, l’atelier des métaux est finalement devenu l’un des ateliers les plus productifs et les plus prospères du Bauhaus.
Archives Bauhaus Bonn